« Stabilisation des essences de fleurs | Accueil | Un Agriculteur cocréatif témoigne... »

15/03/2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

olivier vaux

bonjour

jaimerais savoir si vous avez deja mis a disposition les protocoles sur les energies de batailles, sur la purification de lenergie, sur lequilibrage et stabilisation et la fusion corps âme.
serait ce possible ?

merci

François Deporte

Bonjour, les trois premiers protocoles (bataille, purification, équilibrage stabilisation) sont décrits abondammment dans les livres sur le jardin de perelandra (le tome 1 et/ou le tome 2). Pour la fusion corps âme, c'est un texte que j'ai traduit et que pour le moment je rends disponible sur simple demande email.
A bientôt
François Deporte

Rodolphe Forget

Bonjour,

Je me présente. Je m'appelle Rodolphe Forget, je suis un réalisateur français de documentaire. J'ai déjà fait un premier film sur l'eau, intitulé "l'eau, la médiatrice." qui avait pour sujet la biodynamisation de Marcel Violet, la bioélectronique et le plasma de Quinton.
Suite à ce film qui donne énormément d'informations sur les sujets cités ci-dessus. J'ai eu l'intuition de faire un 2e film qui serait complètement différent du 1er. Je sentais qu'il fallait faire un film qui toucherait non pas l'intellect mais le ressenti du spectateur. Je fus alors inspiré par ma visite en Allemagne d'un laboratoire qui étudie le mouvements et les comportements de l'eau. Ce laboratoire a été fondé par Théodore Schwenk du courant anthroposophique de Rudolph Steiner. Schwenk a d'ailleurs écrit un livre dans les années 60, préfacé par le commandant Cousteau qui s'intitule "Le chaos sensible". Un des chapitres du livre est consacré à l'être spirituel de l'eau. Cela a été mon point de départ.

Je suis donc parti seul avec ma caméra en Mai, Juin et Juillet 2009 à Vancouver, Inuvik, Whitehorse, Niagara Falls, Montréal, Mexico, Ciudad Valles pour filmer l'être de l'eau. Cela représente à peu près 60.000 km tout de même. Je ne savais pas à quoi cela pouvait bien ressembler un être de l'eau. Je partais donc dans l'esprit de filmer quelque chose que je ne voyais pas avec mes yeux. Mais je suis parti quand même. Mon intuition était trop forte. Je savais que j'allais comprendre après. De plus, je n'avais quasiment aucun moyen pour filmer. Le réalisateur que je suis, était donc frustré. Je ne pouvais pas compter sur des effets spéciaux, encore moins sur des images spectaculaires. Je sentais en plus qu'il ne fallait ni voix off, ni la présence d'un être humain, ni d'animaux. Un film qui porterait son attention uniquement sur l'eau comme on le fait d'un personnage principal ce qui correspond à la réalité de la vie au quotidien. Sans l'eau notre vie s'arrête. Mais le pire en terme de fabrication propre du film c'est que j'étais celui qui allait filmer alors que j'étais un piètre cameraman. Je ne comprenais vraiment pas la logique de tout ceci. Je n'avais pour moi que ma foi en mes intuitions. je sentais bien que j'étais guidé par une force qui me dépassait. Ou plutôt devrais-je dire qui dépassait mon intellect. Je me suis laissé donc embarqué dans cette aventure de 2 mois.

Pendant ces deux mois, j'ai tourné près de 20h de "rush" où l'eau est majoritairement présente. A quelque moment, j'ai ressenti la présence de l'être de l'eau. Il y a comme une complicité qui s'est installé entre l'eau et moi. Si bien qu'à la fin du tournage, je sentais avoir fait de très belles images. Comme si ma distance du départ avait disparu. Comme si j'étais devenu l'eau elle-même. L'esprit de l'eau m'a aidé à la fin c'est aussi pour ça que mes images sont belles car une fonction de ma caméra m'est apparue pour régler la luminosité. Je croyais que ma caméra commençait à faire n'importe quoi. Et à la fin du tournage la fonction a disparu comme elle est apparue sans savoir comment la remettre. Je le précise car il y a eu les intuitions mais aussi intervention physique dans le réel de cette force et de cet esprit. Je ne sais comment le nommer avec un mot.

Ma surprise fut grande quand 5 mois après, c'est-à-dire Décembre 2009, mon intuition me redirige vers Vancouver pour le montage. Je découvre pour la première fois depuis la fin du tournage toutes les images. Et là le montage se fait très rapidement. Je comprends petit à petit pourquoi le film s'est fait dans ces conditions précaires. Comme toute situation de précarité, l'essentiel est plus facile à saisir et donc à filmer. J'ai compris que l'être de l'eau ne se voyait pas avec les yeux mais avec son être. Voilà aussi pourquoi un bon cameraman aurait porté une importance à l'esthétique de l'eau et non à son être, en se focalisant sur la lumière à travers l'eau. Et enfin, mes faibles moyens m'ont poussé vers des endroits où la plus part des gens vont, une rue, un lieu touristique. Ce ne sont pas des images qui nous sont inhabituelles par leur éloignement géographique ou leur inaccessibilité mais par notre manque de disponibilité à vivre le présent. Nous fabriquons de la pensée pour gagner notre vie au lieu d'être pour vivre. Le but du réalisateur est alors de partager sa vision à observer "autrement" ce qui nous entoure, ce qui nous est proche. Nous sommes nous-même de l'eau à quasiment 95% biologiquement parlant c'est à dire en nombre de molécule.

Le film comporte 99 "portraits" différents composés pour la plus part à 100% d'eau qu'elle soit mer, lac, fleuve, glace, pluie, cascade, fontaine comme j'aurais fait le portrait de 99 êtres humains. Lorsque l'on enlève le reflet, et donc l'image comme on enlèverait l'ego d'un individu, on voit la connexion au grand Tout, ce dont nous parle la plus part des grands sages. J'ai donc laissé le son d'origine, j'ai modifié le moins possible l'image car je voulais le film le plus authentique si bien qu'au final j'obtienne un film qui ne divertit pas pour fuir la mécanique de notre existence huilée par la pensée relationnelle, mais un film de travail pour s'entraîner à être dans le présent même 5mn par jour. C'est là que se trouve le bonheur dans le présent. Ce film est donc un outil pour s'entraîner à être heureux. Car après on aura plus besoin de ce film.

La compréhension de ce film m'est venue de la lecture d'un auteur s'intitulant Dominique Schmidt qui a étudié à travers plusieurs livres la pensée de Krishnamurti et Sri Aurobindo.

"Etre l'eau" est ce qu'il y a certainement de plus difficile à accomplir à notre époque puisque cela nous amène à être dans le présent, à "ce qui est" et non ce qui "devrait être" qui est une réaction au présent.

Ce fut un réel plaisir de constater que j'avais eu raison d'avoir foi en mes intuitions. Je réalisai aussi la responsabilité qui m'incombait de porter publiquement le message du film.

Rodolphe Forget
rodolphe.forget@gmail.com

François Deporte

Pour suivre ce message de Rodolphe, je tiens à signaler que les Editions Cocréatives vont éditer ce film et son livret et que ce projet devrait être finalisé cet été. Film de méditation, film de regard intérieur, film sensible, il sera perçu selon la réceptivité de chacun.

MARTINE LESAGE

Bonjour,
Voici une expérience que j’ai vécue cet été,
Depuis le mois de juin, je souffrais de douleurs dorsales, un choc émotionnel familial est venu à ce moment réveiller des mémoires anciennes vécues de manière identique. Cela me provoqua un blocage corporel et des tensions au niveau du dos. Sachant que les maux du corps viennent exprimer les mots non-dits au moment ou ils sont vécus, je décidais d’ouvrir plusieurs coning régulièrement sur plusieurs semaines, afin de demander de l’aide.
L’équipe me permis de comprendre quels évènements étaient à l’origine de mes maux, car pendant et après les séances, je prenais conscience des chocs émotionnels récents et anciens qui s’étaient « empilés » sur mon dos et des émotions que j’avais refoulé à ces moments là. J’étais surprise d’y voir autant de chocs, j’avais l’impression que le corps avait tenu jusque là, mais avec l’émotion qui venait se rajouter en ce mois de juin, s’en était trop pour lui !
Au fur et à mesure des prises de conscience, mes vertèbres lâchaient prises et reprenaient leurs alignements énergétiques, ce qui me soulageait, cela dura environ 2 mois.
Il me restait vers début août encore une tension qui persistait, alors j’ai eu l’intuition de tester mon lieu de vie, et vérifier si les zones géopathiques étaient équilibrées. Eh bien sûr elles ne l’étaient plus !
Alors j’ai ouvert un coning adapté, testé les élixirs nécessaires, fait les transferts télégraphiques et pendant cela, je sentais l’influence de ce travail sur mes tensions. Quand j’ai testé Bowl, là j’ai ressentis une amélioration, et lors du transfert des équilibrants (poudre de roche, sable vert etc.), je sentis mes tensions entrer en résonnance avec ces éléments, quand j’ai clôturé le coning, je me suis rendue compte que toutes les tensions qu’il me restait avaient disparues, le lieu était réaligné et mon corps avec !
Je fus stupéfaite de cette synergie, et je me réconfortait à l’idée que nous sommes inter-reliés au lieu ou nous vivons.
Je remercie à chaque coning cette équipe formidable et si précieuse qui nous assiste au quotidien
Martine Lesage

Claudine Thaler

Bonjour,
Je suis en train de lire le 1er livre de Pérélandra sur les jardins, et j'aimerais de votre part des conseils sur le test kinésio. Je n'arrive pas à percevoir la différence entre OUI et NON, malgré les recommandations que Machaelle donne au début de son ouvrage.
Je suis très heureuse de trouver ici un endroit d'échange sur un sujet qui me passionne.
Bravo pour votre idée, et pour la réalisation de votre blog.

François Deporte

C'est à la fois simple et un peu délicat. D'abord, apprenez à ressentir la force dans vos doigts. Je vous invite à procéder de la façon suivante.
Convenez d'abord de votre réponse oui - est-ce que c'est lorsque vos doigts s'écartent ou lorsqu'ils restent fermes ? Puis dites-vous : je veux un "oui". Même chose pour le non. Vous allez petit à petit éprouver la résistance naturelle et sans efforts de vos deux doigts (auriculaire et pouce) ou au contraire la sensation de relâchement lorsque vous les sollicitez avec vos deux doigts écarteurs (index - pouce). Si vous n'y parvenez pas, il est vraisemblable que votre mental prend le dessus. A la limite inversez le sens de vos mains. Si vous avez essayé d'écarter avec les doigts de la main droite, utilisez votre main gauche en testant la résistance de votre circuit de la main droite. (cela inverse le fonctionnement des lobes du cerveau et a tendance à réduire le fonctionnement du mental). Au début c'est un peu délicat pour fiabiliser ce ressenti mais c'est un apprentissage nécessaire. Ne vous inquiétez pas cela vient doucement. L'enjeu est le même si vous apprenez le test avec le pendule.
Ensuite exercez-vous sur des questions qui ont un enjeu personnel faible. ex : ai-je besoin d'un élixir floral maintenant ? si oui, lequel ? etc...
la confiance vient en utilisant le test.
françois

Rebecca

Une suggestion pour ce chouette blog d'échanges: mettre une rubrique où on peut demander à reçevoir un mail si notre commentaire reçoit une réponse, car les échanges par commentaires sont lents ici, et on oublie donc de venir ici pour vérifier à chaque fois...

Idée, idée tout simplement...

Très belle journée à tous !

Rebecca

Je viens de lire le témoignage de Rodolphe, je l'aime beaucoup, par la profondeur du message qu'il porte !! Cette foi à partir à l'aventure avec peu de moyens me touche, car j'ai aussi des intuitions, mais peur de faire le pas... avec mon peu de moyens...

J'ai déjà travaillé avec le déva de l'eau et c'est tellement doux et agréable... Je lui demande souvent de purifier mon eau, je ne saurais décrire ce que je ressens quand je suis en présence du déva de l'eau, c'est une vibration extrêmement apaisante, souple, douce...pure!

Et j'ai senti qu'il me demandait de me concentrer sur ce qu'il faisait... Je ne vois rien mais je ressens... Il met tellement d'amour dans mon eau... Qu'il soit remercié ici...

Ma sœur, en me voyant faire, a voulu apprendre aussi... J'ai été très étonnée que quand je purifie l'eau, les vibrations de l'eau quand je la bois ne sont pas les mêmes que quand c'est elle qui la purifie...

A chaque purification, ma sœur et moi partageons nos impressions. C'est incroyable, car je lui ai dit que le déva m'avait demandé de "regarder" ce qu'il faisait, sans vraiment comprendre pourquoi.

Ma soeur, après avoir appris à travailler avec le déva de l'eau, m'a dit que le déva lui demandait de participer à la purification.

Donc grâce à ma soeur, je comprends maintenant qu'en fait le déva me demandait de participer, je le sentais confusément sans savoir mettre des mots dessus...

Puis un jour, ma sœur purifie l'eau pour moi (sachant que quand elle le fait, je dis souvent que son eau est très "éthérée" avec beaucoup de vibrations hautes), et me fait boire, en me demandant ce que je ressens... Je lui dis que c'est moins éthéré que d'habitude... Plus enraciné...

Et elle me dit que justement, lors de son travail avec le déva, elle avait pensé à moi, elle l'avait fait pour moi, avec des vibrations plus enracinées en concertation avec le déva !!

C'est extraordinaire d'avoir des preuves de la véracité de l'action des dévas et intelligences de la nature.

Rebecca

PS: j'ajoute que j'aimerais beaucoup savoir s'il existe dans ma région des personnes vendant leurs légumes plantés avec les intelligences de la nature ? J'aimerais beaucoup en avoir de temps en temps !!

Très belle journée ensoleillée

Rebecca

Rebecca

Oui, en fait j'habite dans la région du Brabant Wallon en Belgique.

Merci et à bientôt.

Martine Lesage

Bonjour, je viens partager sur ce blog, une possibilité de traiter une verrue, celle-ci venait de s'installer sur l'index près de l'ongle de mon mari, c'était la première fois qu'il avait une verrue, cela faisait quelques jours qu'il avait découvert ce "bouton" gênant", en la voyant j'ai pensé à utiliser V-2, l'élixir NPE de Pérélandra, étant donné que la verrue est d'origine virale, j'ai appliqué une goutte 3 fois par jour directement sur celle-ci, puis j'ai rajouté une goutte sur le morceau de gaze et enveloppé le doigt. A chaque application, j'ai refait le pansement avec les gouttes de
V-2, et mon mari prenait cet élixir en même temps, au bout de 3 jours en enlevant le pansement, la croûte de la verrue est tombée, laissant la peau nette et lisse, j'étais stupéfaite de ce résultat !
Merci à tous ceux qui oeuvrent pour l'élaboration de ces merveilleux élixirs !

François Deporte

Merci Martine, juste un commentaire pour les lecteurs de cette rubrique. Martine a testé ce qui est nécessaire au rééquilibrage dont son mari a besoin et c'est V.2 qui est sorti pour cette verrue. l'effet est spectaculaire. je vous invite à accepter l'idée que cela ne signifie pas que V.2 est à utiliser pour toutes les verrues. Testez pour déterminer l'essence ou les essences dont la personne a besoin pour traiter le problème matérialisé par la verrue.
A bientôt
François

Béatrice

Rencontres…
Je suis entrée dans la boutique, par ce fameux hasard, à la recherche de cristaux… point de cristaux en vue, mais des élixirs et…des livres.
Comme à mon habitude, je les touche, les effleure, les feuillette en attendant que l’un deux m’interpelle.
Bien souvent, cette méthode s’est avérée efficace. Un jour, après avoir acheté deux livres dans deux librairies différentes, à une heure d’intervalle, je me suis aperçue, une fois rentrée chez moi, que le nom de l’auteur était le même : Thich Nhat Hanh.
Par un mystère non encore élucidé, je n’avais lu le nom de l’auteur sur aucun des deux livres achetés ce jour-là. Le contenu de chaque ouvrage m’interpellant au plus haut point, avait suffi à déclencher deux achats « coup de cœur ». Ces livres m’ont effectivement beaucoup aidée et marquée.
Aujourd’hui, c’est « Vivre conscient du Divin en toute chose » de Machaelle Small Wright qui retient mon attention. Je n’en suis pas à ma première rencontre bouleversante, mais là, c’est une nouvelle révélation : je sens que ce livre va transformer ma vie.
Un bonheur n’arrivant jamais seul, je fais une autre rencontre, humaine et de haut vol. L’état de confusion dans lequel je suis lors de mon premier coning, me fait commettre une erreur de compréhension sur la nature de cette rencontre. Mais la Nature fait bien les choses, et ce qui aurait pu tourner au cauchemar s’avère être encore une révélation : certains êtres ont la capacité tranquille de vous faire franchir des montagnes par leur charisme, leur expérience de vie et leur humilité. Je ressors de cette rencontre, grandie, pleine d’énergie, investie de pistes de réflexion, et d’idées en germination.
Je repense, depuis régulièrement au passage où Machaelle dit que ses plus belles réussites viennent de ses erreurs…
J’ai l’impression qu’une tornade vient de m’emporter. La sensation est délicieuse : de nombreuses possibilités s’offrent à moi et chaque idée qui m’arrive en amène une autre.
J’étais arrêtée, je me remets en chemin. Je ne comprenais plus le sens de mes épreuves, tout s’illumine de jour en jour. Serait-ce possible d’entreprendre autant de choses avec la Nature ? Purifier sa maison, guérir son corps, son esprit, réparer ses blessures d’enfant, lâcher prise, ranger son bureau !
Mettre en place un projet, en travaillant en co-création chacune de ses étapes : ce travail avec la Nature ouvre des perspectives incroyables.
A mes deux rencontres : MERCI

LAIKA

Bonsoir à tous,
J'ai entendu parlé du test du peeling ou "éplucher l'oignon"seulement ce test se trouve sur le livre flowers essences de Machaelle
1: je ne possede pas ce livre
2: et ,oui, je ne parle pas anglais pour le traduire.
Donc ,s"il y a une charitable qui a possede ce test ,se serai sympa de me dépanner BISES MERCI

Prunille

bonjour,
j’essaie de jardiner en co-création mais malgré les livres de Mackaelle, j'ai beaucoup de mal...y a t'il des stage de programmé dans le Nord ou prés de la Frontière Belge ???

audureau Eliane

Bonjour, Prunille

Je suis en partenariat avec la Nature depuis 5 ans, et j'ai compris la difficulté de débuter seul (e), surtout pour appliquer les différents processus
a partir de ce constat, je propose des journées de mise en pratique des différentes techniques de Machaelle,et comment débuter son jardin en cocréativité sur 2 jours, mais actuellement elles sont prévues dans le Sud Ouest ou Midi-Pyrénées,
Maintenant si tu peux constituer un groupe de personnes intéressées pour mettre en application cette méthode de jardinage cocréative, je peux envisager de venir animer un W-E dans le nord, éventuellement avec François, ou François venir si je ne suis pas libre
le seconde solution c'est de descendre dans notre belle région du Sud-Ouest, il est prévu une journée chez François à Illats, le 21 mai
dans la région d'Arcachon au mois de juillet la date n'étant pas encore définie
le premier W-E de juillet dans un gîte à saint Géraud de corps
mon email : audureau.elie@orange.fr
Je te souhaite un bon jardinage avec ces merveilleuses aides, nos partenaires les Intelligences de la Nature
Eliane

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Les photos les plus récentes

  • Ensemble-perelandra-blog
  • Capucine-grande
  • Jardin 1
  • Jardin 2